Au mois de Mai 1869, Mgr Jean-François LANDRIOT, Archevêque de Reims depuis 1867, fait une visite pastorale dans les villages du Pays rémois,dont le programme est publié dans le Bulletin diocésain du Samedi 15 Mai 1869. On notera une variante entre le programme et sa réalisation (Mgr l’Archevêque s’arrête aux Mesneux le 18 ; ainsi que les villages convoqués :

1869 SAMEDI 15 MAI N6335857_JPEG_542_542DM

A Villedommange, il est reçu par le Maire, Etienne Rose Marie COQUET, et par le Curé, Jean-Baptiste LENOIR :

1869 BUL DIO SAMEDI 29 MAI 1869 N6335857_JPEG_568_568DM

Louis Joseph Hyppolyte GUILLAUME, qui décède le 15 Mai 1869, est déjà le 10e mort dans la commune depuis le début de l’année (AMVD, tables décennales) sur les 16 défunts qui figurent au total de cette année; mais il n’est pas possible, d’après les seuls actes d’état civil, d’identifier les morts directement liée à l’épidémie.

Le Livre vert nous donne quelques autres informations sur cette visite épiscopale, et sur cette épidémie, - de typhoïde :

1869 - Le pays et les environs furent éprouvés par une épidémie de fièvre typhoïde ; ce qui n’empêcha pas Son Excellence Mgr LA NDRIOT Archevêque de Reims de faire à Villedommange la cérémonie annoncée de la Confirmation. On remarquera  qu’il n’y avait aucun confirmant de Villedommange, étant tous retenus au lit par la maladie ; mais il y en eut un bon nombre des paroisses voisines. Ce fut ce jour là que Mgr bénit le drapeau des pompiers donné par Mr VERLÉ (sic) de Reims. Dans l’après-midi Mgr visita tous les malades au nombre 35 et manifesta particulièrement sa générosité à l’égard d’une brave femme indigente Marie Claude LAHERTE (sic) qui depuis a bénéficié d’une pension départementale.

- Mr VERLÉ :  Édouard WERLÉ, célèbre rémois, négociant et homme politique, maire de Reims, directeur de « la Maison WERLÉ », autrement dit le Champagne Veuve CLICQUOT-PONSARDIN (ou encore « la VCP »), dont le vignoble est de longue date, pour une part, implanté à Villedommange par la lignée d’ancêtres de ladite Veuve.

- Marie Claude LAHERTE :

(Il s’agit peut- être d’une erreur de transcription de ma part, lorsque j’ai fait ma copie du LV ; à vérifier sur l’original).

Lire plutôt : Marie Claude LABASSÉ,  décédée le 10 Mai 1870 au dépôt de mendicité de Montreuil sous Laon, âgée de 76 ans ( ° 13 Mars 1794, fille de Guillaume x Marie Remiette BARDOUX).

voir dénombrement de 1866 : 71 ans, elle habite la même maison qu’Isidore Camus, vigneron, ancien instituteur, rue de l’église. Et en 1866 elle était journalière, habitant sur la montagne, près du meunier Pierre Antoine ALEXANDRE.